Smaller Default Larger

Les moyens utilisés pour emmener le visiteur dans ce voyage ont été soigneusement élaborés et, outre les anciens documents exposés, les péages et les équipements d'origine font également partie du décor. Un ancien comptoir qui était autrefois au bureau de poste de Curepipe emmène le visiteur dans le temps. Le musée repose non seulement sur la philatélie pure, mais aussi sur la vie passionnée de gens qui ont transmis de bonnes et de mauvaises nouvelles à la population par le biais des journaux et du courrier. Vous verrez le moyen de transport le plus courant du facteur, toujours utilisé aujourd'hui, le vélo, exposé avec les uniformes qu'ils portaient et qui ont été montés sur des mannequins.

Des documents d'archives extraits de la collection de Jean François Guimbeau et des timbres précieux de Sanjeet Teelock attirent l'attention du visiteur. Le tout premier numéro fragile d'un journal local datant de 1772, est également exposé. Cette publication a été créée pendant la période coloniale Française par Pierre Nicolas Lambert. Lambert a garanti à ses abonnés la livraison gratuite du courrier intérieur une fois par semaine avec son journal. Il a également expédié le courrier à l'étranger et il a assuré la livraison gratuite des lettres de l'étranger. Les non-abonnés ont également pu profiter de ce service moyennant des frais minimes.

Le système postal s'est détérioré lorsque les Britanniques ont repris l'île en 1810. Ils ont fourni un service outre-mer non développé avec un service de courrier intérieur presque inexistant.
En 1834, il y a eu un mouvement timide pour développer le système postal. Ainsi, cette année-là, le gouvernement a annoncé qu'un service postal expérimental entre Port Louis et Mahébourg serait assuré une fois par semaine. Le service a été un succès et en 1835, au lieu d'une fois par semaine, le service a été étendu à trois fois par semaine.

Timbre-poste
Le timbre-poste a été inventé par Sir Rowland Hill en 1840, pour le prépaiement du courrier qui a pris d'assaut les systèmes postaux. Maurice a commencé à émettre ses propres timbres postaux en 1847. En septembre 1847, le pays publie deux timbres-poste imprimés à Port Louis. Seulement 500 dénominations bleu foncé de deux penny et 500 timbres d'un sou rouge orangé ont été produits. À ce jour, il est dit que seulement 15 des timbres de 1 penny de 1847, ont survécu, dont deux inutilisés qui se trouvent maintenant dans le Blue Penny Museum à Caudan Waterfront à Port Louis. Sur les 500 timbres de deux deniers imprimés en 1847, seuls 12 d'entre eux ont survécu. La plupart d'entre eux se trouvent dans des collections de musées du monde entier. En fait, les deux séries de dénominations postales de 1847, restent les timbres les plus célèbres et les plus chers du monde en raison de leur rareté.

Les illustrations sur les timbres Mauriciens depuis 1847, racontent une autre facette intéressante de l'histoire de l'île. L'effigie de la reine Victoria était une caractéristique très populaire des timbres-poste au début et ils sont venus dans différentes teintes. Puis vinrent les Têtes du roi Édouard VII, du roi George V et du roi George VI, suivis de la reine Elizabeth II. Dans les années 1950, ces portraits cèdent la place à des images picturales plus colorées d'oiseaux et de vie marine. Après l'indépendance en 1968, les illustrations ont été basées sur des thèmes illustrant les différents aspects de l'île Maurice allant des aspects culturels et économiques aux politiques. L'histoire de l'île, la faune et la flore endémiques figuraient également sur les timbres.