Smaller Default Larger

British ColonisationLe kitesurf est l'un des sports les plus fascinants pour l'homme. Peut-être provient-il de l'impression de légèreté exprimée par le saut facile du kiter: qui les fait voler. La plus petite brise est captée par la voile qui se répand sur le kiter qui se déplace librement et silencieusement au-dessus de l'eau.

Bien que ce sport soit relativement nouveau dans le monde entier, le kitesurf est déjà très populaire à Maurice, probablement en raison des bonnes conditions climatiques qui prévalent ici. Le débutant peut commencer à apprendre dans des baies protégées et les amateurs de kitesurf peuvent profiter du vaste lagon où ils peuvent rouler librement, mais il faut être un coureur confirmé pour risquer un tour sur les vagues dans des lieux célèbres comme Macondé, l'îlot Sancho ou One Eye at Le Morne.

Nico a été l'un des premiers Mauriciens à se lancer dans cette aventure. Un surfeur passionné, il a d'abord essayé de construire son propre cerf-volant avant d'en importer un. Encore inconnu sur l'île, le cerf-volant est arrivé en décembre 1998, et Nico a commencé un matin. Il se dirigea droit vers le récif et disparut. La journée a continué sans nouvelles et sa famille a commencé à paniquer. Ce n'est que vers 20h qu'un bateau de pêche l'a ramené. "J'avais tout à apprendre sur le kitesurf. Personne ne l'avait jamais essayé ici, réalisant que ce sport avait un énorme potentiel et que tout le monde pouvait le faire aussi longtemps que les règles de sécurité sont respectées. "

Nico a maîtrisé cette passion pour le rendre plus agréable; ses amis surfeurs le taquinaient, mais bientôt ils se sont tous accrochés. "Le cerf-volant apporte une sensation de liberté. C'est comme naviguer en trois dimensions. On monte sur l'eau, appréciant les sauts légers. L'impression de liberté vient de la visibilité sur le lagon à perte de vue. Les obstacles sont vus de loin. Vous n'avez besoin que de quelques centimètres d'eau et d'un saut et vous repartez. "

Nico a transmis sa passion à ses deux fils; Daniel, qui est déjà devant lui dans les compétitions et invente les figures et David, qui commence tout juste à participer aux rencontres de kitesurf. Il enseigne également de nombreux adeptes qui viennent pour des cours de kitesurf.
Le kitesurf est maintenant enseigné par une demi-douzaine d'écoles, y compris celles gérées par des instructeurs qualifiés IKO (International Kite Board Organisation) trouvés à Maurice. Il y a aussi deux écoles à Rodrigues où le vaste lagon peut être pleinement apprécié par les amateurs de kite.

L'apprentissage est un processus étape par étape. On doit passer au moins deux à trois heures sur une leçon. Tout en enseignant le fonctionnement du cerf-volant qui intègre des dispositifs de sécurité de haute qualité de nos jours, l'instructeur insiste sur les précautions de sécurité. La première leçon commence par apprendre à gérer le cerf-volant, debout dans le lagon ou depuis le bateau. Le client apprend à piloter le cerf-volant, à utiliser le dispositif de sécurité ou à neutraliser la voile. Une fois ceci appris, le client est équipé d'un gilet de sauvetage pour une séance de «body drag» dans le lagon.

Le progrès dépend alors des compétences de la personne. "Il faut compter en moyenne cinq à sept leçons pour acquérir une autonomie et revenir en toute sécurité au point de départ. Les plus doués arrivent plus rapidement à cette étape. Il n'y a pas de limite d'âge pour le kite surf; mais il vaut mieux éviter de commencer avant 10 ans, car les plus jeunes veulent parfois aller trop vite. Ce n'est pas facile de les sensibiliser à la sécurité », explique Nico.

Quelques compétitions de kitesurf sont organisées principalement en hiver de juin à septembre, en raison des alizés favorables. Récemment, un concours de cerfs-volants a réuni des kiters Mauriciens à Anse La Raie dans le nord. Un événement de kiteboard a également été organisé en octobre au Morne, avec les dix meilleurs riders internationaux et deux participants Mauriciens sur le spot mythique One Eye. Selon l'organisateur, Patrick, l'événement visait à promouvoir le kitesurf à l'île Maurice à travers les médias couverts par des magazines spécialisés. Parmi les coureurs célèbres, il y avait le Britannique Will James, l'Australien Felix Pivec, Martin Vari d'Argentine, l'Américain James Toblias et le Sud-Africain Peter Peterson. Pendant deux semaines, ils ont montré une maîtrise extraordinaire dans les vagues et les sauts fantastiques. Felix Pivec a remporté la compétition devant Martin Vari et Will James.