Smaller Default Larger

British ColonisationAu cœur de Chinatown, dans un vieux bâtiment en bois et en tôle, les Chu Fung Leungs se sont battus pour que la pâtisserie Chinoise continue à être fabriquée à Maurice.

Six jours par semaine, Heong Kue, le patriarche, supervise la production de friandises traditionnelles. Au fond du magasin, il suit scrupuleusement la routine qui lui a été enseignée, pétrissant, mélangeant et parsemant. Chaque jour, il fabrique une douzaine de gâteaux et pâtisseries faits maison. Tandis que sa femme, Chew Clan Moi, frotte légèrement des gâteaux de sésame farcis de pâte de lentilles noires, il remplit les paniers en osier doublés de tissu du célèbre «gâteau la cire», une sorte de riz et de miel sucré, qui attire des clients dans toute l’île.

Après une cuisson de huit heures, les "gâteaux la cire" trouvent leur place à côté des "gâteaux ledoigt", une collation légère et croustillante au comptoir, avec le Chu Chun Kow, un gâteau de riz moelleux, et le Kee Fa Kow, fait de farine de riz et de graines de sésame noir.